Eglises russes de la Riviera : De Saint-Raphaël à San Remo par Luc Thévenon

April 22, 2019

Eglises russes de la Riviera : De Saint-Raphaël à San Remo par Luc Thévenon

Titre de livre: Eglises russes de la Riviera : De Saint-Raphaël à San Remo

Auteur: Luc Thévenon

Broché: 47 pages

Date de sortie: May 7, 2009

ISBN: 2864105225

Éditeur: Serre Editeur

Obtenez le livre Eglises russes de la Riviera : De Saint-Raphaël à San Remo par Luc Thévenon au format PDF ou EPUB. Vous pouvez lire des livres en ligne ou les enregistrer sur vos appareils. Tous les livres sont disponibles au téléchargement sans avoir à dépenser de l'argent.

Luc Thévenon avec Eglises russes de la Riviera : De Saint-Raphaël à San Remo

Un volume agrafé de 48 pages, au format 16 x 22 cm. 110 Illustrations couleurs. Couverture pelliculée en couleurs. Bibliographie La présence de russes sur la Riviera est attestée dès la fin du XVIIIème siècle : prince Alexis Orlof commandant la flotte (1770, 1781), nomination du consul Etienne Michaud à Nice (30 novembre 1815), grand-duc Michel frère de Nicolas 1er (1837), Nicolas Gogol (décembre 1843), époque où plusieurs familles résident à la Croix de Marbre. Mais l'arrivée à Nice de l'impératrice Alexandra le 26 octobre 1856 pour y résider jusqu'au printemps 1857, puis les multiples séjours des souverains et de leur cour, la présence à Villefranche, de 1857 à 1934, de la flotte, puis d'un laboratoire océanographique, contribuèrent au développement d'une colonie sans cesse plus importante de Cannes à San Remo. La nécessité de lieux de culte orthodoxe se posa d'emblée. Des chapelles provisoires, desservies par le clergé des navires mouillant à Villefranche, furent établies dans diverses résidences. Un édifice important devint vite nécessaire. En 1857 l'autorisation de construire une église russe à Nice fut difficilement obtenue dans un pays où le catholicisme était religion d'état. Sur les dessins de Kondiakoff revus et corrigés par Antoine François Barraya, elle fut établie rue de Longchamp. En 1868, suite au décès du tsarévitch le 24 avril 1865, un mausolée fut édifié par l'architecte Grimm, l'un des constructeurs du château de Valrose pour von Derwies et d'églises à Copenhague et à Genève.